Lauréat 2014

« Money/ L’argent », organisé par Ludovic Cortade, New York University, Peter Consenstein, CUNY et Madeleine Dobie, Columbia University, 6-8 mars 2014 :
Nicolas L’Hermitte (Princeton University, Department of French and Italian), « 1750 francs : le prix de Swann »

Nicolas L'Hermitte

« On peut réagir de différentes manières au fait que Proust ait publié à compte d’auteur le premier volet de la Recherche. On peut s’étonner, sourire ou bien s’indigner d’une telle anecdote. La critique y voit généralement un dernier recours. Cette intervention souhaite pourtant revenir sur un fait décisif révélé dans le détail de la correspondance : ses comptes d’apothicaires avec les éditeurs ont été bien plus qu’une simple obligation. Au fil des lettres, se devine ainsi une autre raison de repousser les concessions qui auraient rendu possible la publication (sans frais personnels) de son roman. À la recherche de cet élément demeurant inexprimé et qui pourtant explique le geste de Proust, il s’agit d’élucider ce qui se dessine derrière l’apparent caprice de l’écrivain-héritier.  Si Proust accélère la publication de son œuvre en se faisant, à coup de billets de banque, l’unique autorité éditoriale, son geste met aussi en valeur un mouvement inverse. En finançant la prolifération de ses paperolles, il prolonge, dans la matérialité de l’écriture, dans l’univers de l’écrivain au travail, ce que Blanchot n’attribuera qu’à la sphère de la fiction. De fait, le « mouvement indéfiniment retardé » de la temporalité proustienne s’applique aussi aux habitudes de l’auteur : mouvement presque perpétuel remettant à plus tard le moment inéluctable où l’œuvre, échappant à son démiurge, est achevée. Nous verrons comment, au-delà de la maîtrise du livre comme produit fini, l’argent rend possible le prolongement de son commencement, comment il s’octroie la possibilité de son perpétuel devenir. »