Lauréat 2016

Congrès « Passages, seuils, portes », Colloque International des Études Françaises et Francophones des XXe et XXIe siècles, organisé par Lionel Cuillé (Webster University), Pascal Ifri (Washington University), Jean- Louis Pautrot (Saint Louis University), Olivier Penot-Lacassagne (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3),  Saint Louis, Missouri, 17-19 mars 2016 :

Le Prix Recherche au présent 2016 a été attribué à :

Khalil KHALSI (Université de Montréal / Université Sorbonne nouvelle) pour sa contribution : « L’espace interstitiel, lieu d’énonciation du collectif. Le monde selon Volodine »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Le post-exotisme, courant singulier institué par Antoine Volodine, est l’œuvre d’une population de sur-narrateurs imaginaires dont l’écrivain français serait le médium. Emprisonnés sous haute surveillance — puisqu’ils ont perdu les luttes égalitaristes du xxe siècle —, ces auteurs mettent en réseau leurs voix, leurs récits et leurs identités, créant ainsi la cartographie d’un monde dystopique, où le sens circule à travers des espaces interstitiels. Pour ce travail, je propose de conceptualiser l’espace interstitiel à partir de ses manifestations dans Le Port intérieur (Paris, éd. de Minuit, 1995). Lieu de jonction-disjonction, cet espace est une zone de fictionnalisation collective qui métaphorise le monde réel par un patchwork discursif défiant toute rationalité. Il s’agit de voir en quoi l’espace interstitiel constitue d’abord une interface d’annihilation qui, paradoxalement, et par le principe de conciliation des contraires, constitue un seuil de mise en corrélation des temporalités, des espaces et des subjectivités. Ensuite, il convient de considérer cet espace comme une zone de tous les possibles à partir de laquelle la collectivité, se joignant ou se disjoignant — y compris dans ses formes d’hybridation —, se fictionnalise et s’énonce. C’est dans cet ordre d’idée, enfin, et selon la dystopie post-exotique, que l’espace interstitiel apparaît comme une zone d’investissement et d’épuisement qui, en fonction de l’hégémonie dominante (en l’occurrence le capitalisme), homogénéise le collectif et en disloque le corps indifférencié. »

http://umontreal.academia.edu/KhalilKhalsi
http://www.thalim.cnrs.fr/auteur/khalil-khalsi

—————————————-

A été classée seconde :
Vanessa BRUTSCHE (University of California, Berkeley)

« « Les travellings sont affaire de mémoire  » : Memory as Movement in Duras’s Aurélia Steiner »

Brutsche photo