Lauréate 2020

20th & 21st Century French & Francophone Studies International Colloquium, Parler la terre/Speaking the Earth, 26-28 March 2020 in Lincoln, Nebraska. Hosting institutions: University of Nebraska.

Le Prix Recherche au présent 2020 a été attribué à Chloé VETTIER (Princeton University) pour sa contribution

“Les institutions littéraires et la morale: le cas de Maurice Sachs”. 

 

Photo of Chloé Vettier

Mars 1947. Le jury du Prix Sainte-Beuve s’apprête à récompenser Le Sabbat, l’autobiographie de Maurice Sachs. Bestseller, le livre retrace la vie et les amours d’un jeune garçon juif et homosexuel, son rêve de littérature. Mais un article paru dans Les Lettres françaises sème le doute parmi les membres du jury : quelque trois ans après la Libération, est-il « moral » de confier le prix à un homme dont les liens avec la Gestapo et l’Allemagne nazie ne sont pas clairs ? En juin, le gagnant est annoncé : Kravchenko, auteur de J’ai choisi la liberté, obtient le prix. Après la récente polémique qu’a suscitée le projet de republication des pamphlets de Céline par les éditions Gallimard, il paraît crucial de s’interroger sur le sort – les sorts – que les institutions littéraires réservent aux « traîtres à la patrie ». Privilégiant une approche socio-historique du cas « Maurice Sachs », ma présentation cherche plus largement à examiner le rôle de ces institutions dans la construction d’un patrimoine littéraire national ainsi que dans la mise au ban de certains auteurs. À partir du travail d’Alain Viala, je montre que l’aura de honte qui entoure l’œuvre de Sachs relève de processus de légitimation plutôt extrinsèques (relevant du paysage institutionnel, historique et politique) qu’intrinsèques (qui concerneraient les seules « propriétés formelles et sémantiques » de l’œuvre). Les différents discours – publicitaires, éditoriaux, critiques, etc. – qui gravitent autour de l’œuvre se tissent en réalité autour de la figure de l’auteur, sur lequel on projette deux images : celle du « traître collabo » qu’il serait immoral de consacrer ; celle du « juif mimétique » qui n’a d’autre talent que celui de copier. Ce sont ces deux images, pourtant contradictoires, qui ont coûté à Sachs, ou du moins à son œuvre, toute possibilité de consécration littéraire.

*********

Second classé 2020 : Émile BORDELEAU-PITRE (Université du Québec à Montréal) avec:

“Se ménager une place dans l’universel : la ‘petite littérature’ LGBT. ”

La création institutionnelle de la littérature LGBT ne pose pas seulement la question des oppositions universalisme/communautarisme, essentialisme/différentialisme, unité/identité (Frioux, 2013), ou encore celle du «style gay» (Bordas, 2007). Elle réfère également à un rapport social d’oppression, rapport où le classement même est constitutif de l’acte de domination (Delphy, 2007). Voir ses œuvres intégrées à ce corpus, c’est en quelque sorte être assigné à l’aménagement d’un territoire à l’écart, dont les habitants doivent porter la «marque» garante de la «vérité», de l’«irréversibilité» et du «caractère d’essence» de leur différence (Guillaumin, 1972). On comprend mieux, à cette aune, pourquoi certains auteurs comme Yves Navarre haïssent «profondément les dénominations de “littérature homosexuelle” ou d’“écrivain homosexuel”» (Hefez, 2005).
Dans cette contribution, je montre d’abord en quoi la désignation «littérature LGBT» peut être rapprochée de celle de «petite littérature» telle que conceptualisée par Casanova (2008) ; qu’elle peut, en ce sens, être analysée comme littérature périphérique au terrain occupé par la littérature que le non-marquage rend «universelle». Dans un second temps, je m’intéresse aux différentes stratégies adoptées par quelques écrivaines et écrivains francophones LGBT du XXIe siècle dans leur tentative d’«habiter» la littérature universelle. Ces stratégies, variables, s’adaptent en fonction des positions singulières – des terrains – occupées a priori par les agentes et agents écrivants dans les rapports sociaux de classe, de sexe et de race. Afin d’exposer cette diversité, je me penche plus spécifiquement sur trois œuvres : Analphabètes de Rachid O. (2013); Dans l’béton de Anne F. Garréta (2017) ; et Tu aimeras ce que tu as tué de Kevin Lambert (2017).