Archives du mot-clé lauréat.e

Lauréat 2017

20th and 21st Century French and Francophone Studies International Colloquium 2017, Bloomington, Indiana, 6-8 avril 2017

Le Prix Recherche au présent 2017 a été attribué à Romain Delaville (University of Pennsylvania) pour sa contribution « Révérien Rurangwa et le délit de sale gueule »

Suite au génocide tutsi, le canon de la littérature rwandaise s’est enrichi de genres jusqu’alors inexistants, dont le récit de survivance. Parmi les textes qui ont particulièrement retenu l’attention des lecteurs ces dernières années, Génocidé fait figure de référence. Révérien Rurangwa y décrit, entre autres, la perte de son visage, défiguré par la main du bourreau hutu un jour d’avril 1994. Son témoignage s’inscrit dans une thématique nouvelle, celle d’une “récuperation de l’image.” Génocidé constitue une manière de réponse aussi bien à l’imagerie naïve des premiers anthropologues européens qui ont vu dans le Tutsi “un nègre blanchi,” qu’aux discours extrémistes hutus qui ont fait de sa physionomie mi-sémitique, mi-aryenne l’indice d’une différence à éradiquer. L’utilisation de la périphrase, véritable signature stylistique de Rurangwa, est à ce titre exemplaire: figure de l’écart et de la substitution, du mi-dire et de l’emphase, du secret et de l’exagération, elle est sans forme ni contour précis—caractéristique qu’elle partage avec l’objet même du récit, cette “gueule esquintée” dont l’auteur multiplie à loisir les descriptions. Je propose de voir dans ce rapport de connivence une façon de revisiter l’une des grandes questions de la littérature génocidaire: comment surmonter l’expérience de l’indicible ?

**********

Seconde classée 2017 :  Kaliane Ung (New York University), « Le concept de méditation chez Joë Bousquet »

Lauréat 2016

Congrès « Passages, seuils, portes », Colloque International des Études Françaises et Francophones des XXe et XXIe siècles, organisé par Lionel Cuillé (Webster University), Pascal Ifri (Washington University), Jean- Louis Pautrot (Saint Louis University), Olivier Penot-Lacassagne (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3),  Saint Louis, Missouri, 17-19 mars 2016 :

Le Prix Recherche au présent 2016 a été attribué à :

Khalil KHALSI (Université de Montréal / Université Sorbonne nouvelle) pour sa contribution : « L’espace interstitiel, lieu d’énonciation du collectif. Le monde selon Volodine »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Le post-exotisme, courant singulier institué par Antoine Volodine, est l’œuvre d’une population de sur-narrateurs imaginaires dont l’écrivain français serait le médium. Emprisonnés sous haute surveillance — puisqu’ils ont perdu les luttes égalitaristes du xxe siècle —, ces auteurs mettent en réseau leurs voix, leurs récits et leurs identités, créant ainsi la cartographie d’un monde dystopique, où le sens circule à travers des espaces interstitiels. Pour ce travail, je propose de conceptualiser l’espace interstitiel à partir de ses manifestations dans Le Port intérieur (Paris, éd. de Minuit, 1995). Lieu de jonction-disjonction, cet espace est une zone de fictionnalisation collective qui métaphorise le monde réel par un patchwork discursif défiant toute rationalité. Il s’agit de voir en quoi l’espace interstitiel constitue d’abord une interface d’annihilation qui, paradoxalement, et par le principe de conciliation des contraires, constitue un seuil de mise en corrélation des temporalités, des espaces et des subjectivités. Ensuite, il convient de considérer cet espace comme une zone de tous les possibles à partir de laquelle la collectivité, se joignant ou se disjoignant — y compris dans ses formes d’hybridation —, se fictionnalise et s’énonce. C’est dans cet ordre d’idée, enfin, et selon la dystopie post-exotique, que l’espace interstitiel apparaît comme une zone d’investissement et d’épuisement qui, en fonction de l’hégémonie dominante (en l’occurrence le capitalisme), homogénéise le collectif et en disloque le corps indifférencié. »

http://umontreal.academia.edu/KhalilKhalsi
http://www.thalim.cnrs.fr/auteur/khalil-khalsi

—————————————-

A été classée seconde :
Vanessa BRUTSCHE (University of California, Berkeley)

« « Les travellings sont affaire de mémoire  » : Memory as Movement in Duras’s Aurélia Steiner »

Brutsche photo

Lauréate 2015

Congrès « Faire le point : quand la littérature fait savoir. Mutations, institutions, interactions », organisé par Adelaïde Russo,  Louisiana State University, Bâton Rouge, 25-28 février 2015 :
Emma Monroy (University of North Carolina at Chapel Hill; Junior Year de Sweet Briar College 2006-2007) : Creating Space : Zeina Abirached’s Mourir partir revenir: Le jeu des hirondelles

Emma Monroy

Zeina Abirached’s work explores questions of territoriality, both within the space of the narrative and also that of the bande dessinée genre itself: a form that allows her to access traumatic events from another angle. Reconstructing space through drawing—infusing imagination into the narrative—allows Abirached to lay claim to the civil war, as the master of her own narrative, instead of the victim of someone else’s domination. I explore the intradiegetic space of Le jeu des hirondelles and its use of maps as an attempt to represent the fractured space of the civil war and regain a mastery of the city from a privileged point of view. Michel de Certeau’s L’invention du quotidien proves useful to an analysis of space in this work and the way in which characters use certain “tactics” to work within another’s strictly monitored space: “making do” (“faire avec”) as a form of everyday resistance. Just as characters in Le jeu des hirondelles create a space for this resistance to take place, Abirached uses her graphic memoir as a way to represent a traumatic “working-through” in an environment that does not officially accept these narratives.

Lauréat 2014

« Money/ L’argent », organisé par Ludovic Cortade, New York University, Peter Consenstein, CUNY et Madeleine Dobie, Columbia University, 6-8 mars 2014 :
Nicolas L’Hermitte (Princeton University, Department of French and Italian), « 1750 francs : le prix de Swann »

Nicolas L'Hermitte

« On peut réagir de différentes manières au fait que Proust ait publié à compte d’auteur le premier volet de la Recherche. On peut s’étonner, sourire ou bien s’indigner d’une telle anecdote. La critique y voit généralement un dernier recours. Cette intervention souhaite pourtant revenir sur un fait décisif révélé dans le détail de la correspondance : ses comptes d’apothicaires avec les éditeurs ont été bien plus qu’une simple obligation. Au fil des lettres, se devine ainsi une autre raison de repousser les concessions qui auraient rendu possible la publication (sans frais personnels) de son roman. À la recherche de cet élément demeurant inexprimé et qui pourtant explique le geste de Proust, il s’agit d’élucider ce qui se dessine derrière l’apparent caprice de l’écrivain-héritier.  Si Proust accélère la publication de son œuvre en se faisant, à coup de billets de banque, l’unique autorité éditoriale, son geste met aussi en valeur un mouvement inverse. En finançant la prolifération de ses paperolles, il prolonge, dans la matérialité de l’écriture, dans l’univers de l’écrivain au travail, ce que Blanchot n’attribuera qu’à la sphère de la fiction. De fait, le « mouvement indéfiniment retardé » de la temporalité proustienne s’applique aussi aux habitudes de l’auteur : mouvement presque perpétuel remettant à plus tard le moment inéluctable où l’œuvre, échappant à son démiurge, est achevée. Nous verrons comment, au-delà de la maîtrise du livre comme produit fini, l’argent rend possible le prolongement de son commencement, comment il s’octroie la possibilité de son perpétuel devenir. »

Lauréat 2012

 « Crossings, fictions, fusions / Traversés, frictions, fusions », organisé par Laura Ceia et Aparna Nayak, California State University, Long Beach, 29 mars-1er avril 2012 : Joshua Armstrong (University of Virginia), « Window Crossings in Jean Rolin, François Bon, Raymond Bozier and Olivier Rolin »

Joshua Armstrong
Joshua Armstrong