Archives par mot-clé : lauréat.e

Lauréate 2020

20th & 21st Century French & Francophone Studies International Colloquium, Parler la terre/Speaking the Earth, 26-28 March 2020 in Lincoln, Nebraska. Hosting institutions: University of Nebraska.

Le Prix Recherche au présent 2020 a été attribué à Chloé VETTIER (Princeton University) pour sa contribution

“Les institutions littéraires et la morale: le cas de Maurice Sachs”. 

 

Photo of Chloé Vettier

Mars 1947. Le jury du Prix Sainte-Beuve s’apprête à récompenser Le Sabbat, l’autobiographie de Maurice Sachs. Bestseller, le livre retrace la vie et les amours d’un jeune garçon juif et homosexuel, son rêve de littérature. Mais un article paru dans Les Lettres françaises sème le doute parmi les membres du jury : quelque trois ans après la Libération, est-il « moral » de confier le prix à un homme dont les liens avec la Gestapo et l’Allemagne nazie ne sont pas clairs ? En juin, le gagnant est annoncé : Kravchenko, auteur de J’ai choisi la liberté, obtient le prix. Après la récente polémique qu’a suscitée le projet de republication des pamphlets de Céline par les éditions Gallimard, il paraît crucial de s’interroger sur le sort – les sorts – que les institutions littéraires réservent aux « traîtres à la patrie ». Privilégiant une approche socio-historique du cas « Maurice Sachs », ma présentation cherche plus largement à examiner le rôle de ces institutions dans la construction d’un patrimoine littéraire national ainsi que dans la mise au ban de certains auteurs. À partir du travail d’Alain Viala, je montre que l’aura de honte qui entoure l’œuvre de Sachs relève de processus de légitimation plutôt extrinsèques (relevant du paysage institutionnel, historique et politique) qu’intrinsèques (qui concerneraient les seules « propriétés formelles et sémantiques » de l’œuvre). Les différents discours – publicitaires, éditoriaux, critiques, etc. – qui gravitent autour de l’œuvre se tissent en réalité autour de la figure de l’auteur, sur lequel on projette deux images : celle du « traître collabo » qu’il serait immoral de consacrer ; celle du « juif mimétique » qui n’a d’autre talent que celui de copier. Ce sont ces deux images, pourtant contradictoires, qui ont coûté à Sachs, ou du moins à son œuvre, toute possibilité de consécration littéraire.

*********

Second classé 2020 : Émile BORDELEAU-PITRE (Université du Québec à Montréal) avec:

“Se ménager une place dans l’universel : la ‘petite littérature’ LGBT. ”

La création institutionnelle de la littérature LGBT ne pose pas seulement la question des oppositions universalisme/communautarisme, essentialisme/différentialisme, unité/identité (Frioux, 2013), ou encore celle du «style gay» (Bordas, 2007). Elle réfère également à un rapport social d’oppression, rapport où le classement même est constitutif de l’acte de domination (Delphy, 2007). Voir ses œuvres intégrées à ce corpus, c’est en quelque sorte être assigné à l’aménagement d’un territoire à l’écart, dont les habitants doivent porter la «marque» garante de la «vérité», de l’«irréversibilité» et du «caractère d’essence» de leur différence (Guillaumin, 1972). On comprend mieux, à cette aune, pourquoi certains auteurs comme Yves Navarre haïssent «profondément les dénominations de “littérature homosexuelle” ou d’“écrivain homosexuel”» (Hefez, 2005).
Dans cette contribution, je montre d’abord en quoi la désignation «littérature LGBT» peut être rapprochée de celle de «petite littérature» telle que conceptualisée par Casanova (2008) ; qu’elle peut, en ce sens, être analysée comme littérature périphérique au terrain occupé par la littérature que le non-marquage rend «universelle». Dans un second temps, je m’intéresse aux différentes stratégies adoptées par quelques écrivaines et écrivains francophones LGBT du XXIe siècle dans leur tentative d’«habiter» la littérature universelle. Ces stratégies, variables, s’adaptent en fonction des positions singulières – des terrains – occupées a priori par les agentes et agents écrivants dans les rapports sociaux de classe, de sexe et de race. Afin d’exposer cette diversité, je me penche plus spécifiquement sur trois œuvres : Analphabètes de Rachid O. (2013); Dans l’béton de Anne F. Garréta (2017) ; et Tu aimeras ce que tu as tué de Kevin Lambert (2017).

Lauréat 2019

20th & 21st Century French & Francophone Studies International Colloquium, Catastrophes, cataclysms, adaptation and survival / Catastrophes, cataclysmes, s’adapter et survivre, 14-16 March 2019 at the Skirvin Hilton, Oklahoma City, OK. Co-hosting institutions: University of Central Oklahoma, University of Oklahoma, and University of Tulsa

Le Prix Recherche au présent 2019 a été attribué à Valentin DUQUET (The University of Texas at Austin) pour sa contribution “Terror and Tremors: Earthquakes and Terrorism in Maïssa Bey’s Surtout ne te retourne pas

After the 2015 terror attacks in France, French historian Pascal Ory explained that although “terrorism” and “earthquakes” share a common etymology and seem to shock societies in similar ways, there are essentially opposite—the former is absolutely intentional, the latter is purely accidental. Yet, an Algerian novel from 2005 invites us to rethink further this dialectic: Maïssa Bey’s Surtout ne te retourne pas, in which earthquakes in Algiers can be read as metaphors of the terrors and aftershocks of the Black Decade. Bey paints an Algeria that has become fragmented, superstitious, with horrors of the past re-emerging through the cracks of the dismantled city space. Through her poetic prose, we see terror and tremors disrupting social relations comparably. After the initial trauma, ideologies and identities shift, se chevauchent, se dédoublent, like tectonic plates not simply clashing but also sliding on top of one another. In the end, I analyze the novel as a meta-textual earthquake itself: after exposing how crimes and disasters flipped Algeria upside down, Maïssa Bey flips her own world inside out by transgressing Foucault’s sacred spaces. With the private lives and agency of her female protagonists, she fights back against radical Islamism. Her artistic gesture is neither terror nor tremors, but rather a third ground of creative insurgency that breaks taboos and shakes institutions. I call that act “tremorism.”

******

Second classé 2019 : Jeffrey Martin Fuller (New York University) “Paris, Capital of the Debacle: Aragon, Jasienski, and Revolutionary Catastrophism”

Expressions of desire for catastrophe, imagined as a remedy for bourgeois inertia, are common among the interwar avant-garde. This catastrophism exerts a powerful influence upon its conceptions of political revolution, which is understood less as the seizure of state power than as the wholesale destruction of the institutions and symbols of capitalist modernity, of which the city in general, and Paris in particular, becomes a privileged example. In this paper, I explore the « revolutionary catastrophism » of the interwar avant-garde primarily by way of two texts in which the destruction of Paris is evoked: the Polish Futurist Bruno Jasienski’s 1928 novel Je brûle Paris (first published serially in the Communist daily l’Humanité), and Louis Aragon’s 1930 succès de scandale, « Front rouge. » Jasienski’s novel in particular contrasts interestingly with most current imaginings of the « post apocalyptic » precisely because of its utopianism. It has become something of a cliché to remark that today it is easier to envision the end of the world than a more modest end to capitalism; what these texts propose is that the two might not look so different.

*****************

 

 

Lauréate 2018

20th and 21st Century French and Francophone Studies International Colloquium 2018, Brown University, 12-14 avril 2018

Le Prix Recherche au présent 2018 a été attribué à  Cécile Chatelet (THALIM, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) pour sa contribution « Révoltes et débâcles dans la fiction contemporaine française. Images réfléchies des soulèvements dans Rue des voleurs de Mathias Énard et Les Grands de Sylvain Prudhomme »

Depuis les années 1980, représenter la révolte est bien souvent consubstantiel d’une écriture de la débâcle, qui travaille les douloureux moments révolutionnaires de l’histoire du siècle dernier. En s’attachant à dire les insurrections du XXIe siècle, les romans de Mathias Énard Rue des voleurs (2012) et Les Grands (2014) de Sylvain Prudhomme permettent d’analyser à nouveaux frais le paradigme de la défaite dans la représentation des révolutions. Les deux textes usent d’un dispositif commun : un jeu de miroirs est établi entre deux soulèvements. Mathias Énard s’intéresse aux révolutions du Printemps arabe en même temps qu’il regarde le mouvement des Indignés en Espagne ; Sylvain Prudhomme met en parallèle le souvenir de la guerre d’indépendance de la Guinée-Bissau et l’échec de toute révolte possible face au coup d’État militaire lors des élections présidentielles libres de 2012. Ce travail propose de lire ce jeu de regards croisés comme l’affirmation d’un inachèvement des insurrections plutôt qu’une constatation de leurs échecs. Ainsi, si ces fictions prolongent un refus du geste littéraire de sacralisation de la révolution, elles pensent aussi la révolution comme un projet critique nécessitant d’être sans cesse actualisé. Elles mettent en avant la résistance qu’elle implique comme expérience centrale du sujet politique, posture précaire de lucidité à laquelle il s’agit de ne pas renoncer.

*****************

Seconde classée 2018 : Émilie Ieven (Université Saint-Louis, Bruxelles) « Penser le potentiel utopique des corps en mouvement : subversion et recréation contemporaines des logiques spatiales »

********************

Lauréat 2017

20th and 21st Century French and Francophone Studies International Colloquium 2017, Bloomington, Indiana, 6-8 avril 2017

Le Prix Recherche au présent 2017 a été attribué à Romain Delaville (University of Pennsylvania) pour sa contribution « Révérien Rurangwa et le délit de sale gueule »

Suite au génocide tutsi, le canon de la littérature rwandaise s’est enrichi de genres jusqu’alors inexistants, dont le récit de survivance. Parmi les textes qui ont particulièrement retenu l’attention des lecteurs ces dernières années, Génocidé fait figure de référence. Révérien Rurangwa y décrit, entre autres, la perte de son visage, défiguré par la main du bourreau hutu un jour d’avril 1994. Son témoignage s’inscrit dans une thématique nouvelle, celle d’une “récuperation de l’image.” Génocidé constitue une manière de réponse aussi bien à l’imagerie naïve des premiers anthropologues européens qui ont vu dans le Tutsi “un nègre blanchi,” qu’aux discours extrémistes hutus qui ont fait de sa physionomie mi-sémitique, mi-aryenne l’indice d’une différence à éradiquer. L’utilisation de la périphrase, véritable signature stylistique de Rurangwa, est à ce titre exemplaire: figure de l’écart et de la substitution, du mi-dire et de l’emphase, du secret et de l’exagération, elle est sans forme ni contour précis—caractéristique qu’elle partage avec l’objet même du récit, cette “gueule esquintée” dont l’auteur multiplie à loisir les descriptions. Je propose de voir dans ce rapport de connivence une façon de revisiter l’une des grandes questions de la littérature génocidaire: comment surmonter l’expérience de l’indicible ?

**********

Seconde classée 2017 :  Kaliane Ung (New York University), « Le concept de méditation chez Joë Bousquet »

Lauréat 2016

Congrès « Passages, seuils, portes », Colloque International des Études Françaises et Francophones des XXe et XXIe siècles, organisé par Lionel Cuillé (Webster University), Pascal Ifri (Washington University), Jean-Louis Pautrot (Saint Louis University), Olivier Penot-Lacassagne (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3),  Saint Louis, Missouri, 17-19 mars 2016 :

Le Prix Recherche au présent 2016 a été attribué à :

Khalil KHALSI (Université de Montréal / Université Sorbonne Nouvelle) pour sa contribution : « L’espace interstitiel, lieu d’énonciation du collectif. Le monde selon Volodine »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Le post-exotisme, courant singulier institué par Antoine Volodine, est l’œuvre d’une population de sur-narrateurs imaginaires dont l’écrivain français serait le médium. Emprisonnés sous haute surveillance — puisqu’ils ont perdu les luttes égalitaristes du xxe siècle —, ces auteurs mettent en réseau leurs voix, leurs récits et leurs identités, créant ainsi la cartographie d’un monde dystopique, où le sens circule à travers des espaces interstitiels. Pour ce travail, je propose de conceptualiser l’espace interstitiel à partir de ses manifestations dans Le Port intérieur (Paris, éd. de Minuit, 1995). Lieu de jonction-disjonction, cet espace est une zone de fictionnalisation collective qui métaphorise le monde réel par un patchwork discursif défiant toute rationalité. Il s’agit de voir en quoi l’espace interstitiel constitue d’abord une interface d’annihilation qui, paradoxalement, et par le principe de conciliation des contraires, constitue un seuil de mise en corrélation des temporalités, des espaces et des subjectivités. Ensuite, il convient de considérer cet espace comme une zone de tous les possibles à partir de laquelle la collectivité, se joignant ou se disjoignant — y compris dans ses formes d’hybridation —, se fictionnalise et s’énonce. C’est dans cet ordre d’idée, enfin, et selon la dystopie post-exotique, que l’espace interstitiel apparaît comme une zone d’investissement et d’épuisement qui, en fonction de l’hégémonie dominante (en l’occurrence le capitalisme), homogénéise le collectif et en disloque le corps indifférencié. »

http://umontreal.academia.edu/KhalilKhalsi
http://www.thalim.cnrs.fr/auteur/khalil-khalsi

—————————————-

A été classée seconde :
Vanessa BRUTSCHE (University of California, Berkeley)

« « Les travellings sont affaire de mémoire  » : Memory as Movement in Duras’s Aurélia Steiner »

Brutsche photo

Lauréate 2015

Congrès « Faire le point : quand la littérature fait savoir. Mutations, institutions, interactions », organisé par Adelaïde Russo,  Louisiana State University, Bâton Rouge, 25-28 février 2015 :
Emma Monroy (University of North Carolina, Chapel Hill) : Creating Space : Zeina Abirached’s Mourir partir revenir: Le jeu des hirondelles

Emma Monroy

Zeina Abirached’s work explores questions of territoriality, both within the space of the narrative and also that of the bande dessinée genre itself: a form that allows her to access traumatic events from another angle. Reconstructing space through drawing—infusing imagination into the narrative—allows Abirached to lay claim to the civil war, as the master of her own narrative, instead of the victim of someone else’s domination. I explore the intradiegetic space of Le jeu des hirondelles and its use of maps as an attempt to represent the fractured space of the civil war and regain a mastery of the city from a privileged point of view. Michel de Certeau’s L’invention du quotidien proves useful to an analysis of space in this work and the way in which characters use certain “tactics” to work within another’s strictly monitored space: “making do” (“faire avec”) as a form of everyday resistance. Just as characters in Le jeu des hirondelles create a space for this resistance to take place, Abirached uses her graphic memoir as a way to represent a traumatic “working-through” in an environment that does not officially accept these narratives.

Lauréat 2014

« Money/ L’argent », organisé par Ludovic Cortade, New York University, Peter Consenstein, CUNY et Madeleine Dobie, Columbia University, 6-8 mars 2014 :
Nicolas L’Hermitte (Princeton University), « 1750 francs : le prix de Swann »

Nicolas L'Hermitte

« On peut réagir de différentes manières au fait que Proust ait publié à compte d’auteur le premier volet de la Recherche. On peut s’étonner, sourire ou bien s’indigner d’une telle anecdote. La critique y voit généralement un dernier recours. Cette intervention souhaite pourtant revenir sur un fait décisif révélé dans le détail de la correspondance : ses comptes d’apothicaires avec les éditeurs ont été bien plus qu’une simple obligation. Au fil des lettres, se devine ainsi une autre raison de repousser les concessions qui auraient rendu possible la publication (sans frais personnels) de son roman. À la recherche de cet élément demeurant inexprimé et qui pourtant explique le geste de Proust, il s’agit d’élucider ce qui se dessine derrière l’apparent caprice de l’écrivain-héritier.  Si Proust accélère la publication de son œuvre en se faisant, à coup de billets de banque, l’unique autorité éditoriale, son geste met aussi en valeur un mouvement inverse. En finançant la prolifération de ses paperolles, il prolonge, dans la matérialité de l’écriture, dans l’univers de l’écrivain au travail, ce que Blanchot n’attribuera qu’à la sphère de la fiction. De fait, le « mouvement indéfiniment retardé » de la temporalité proustienne s’applique aussi aux habitudes de l’auteur : mouvement presque perpétuel remettant à plus tard le moment inéluctable où l’œuvre, échappant à son démiurge, est achevée. Nous verrons comment, au-delà de la maîtrise du livre comme produit fini, l’argent rend possible le prolongement de son commencement, comment il s’octroie la possibilité de son perpétuel devenir. »

Lauréat 2012

 « Crossings, fictions, fusions / Traversés, frictions, fusions », organisé par Laura Ceia et Aparna Nayak, California State University, Long Beach, 29 mars-1er avril 2012 : Joshua Armstrong (University of Virginia), « Window Crossings in Jean Rolin, François Bon, Raymond Bozier and Olivier Rolin »

Joshua Armstrong
Joshua Armstrong